Coûts de production bovin viande

Les flux rss du siteImprimer la page

Coût et maîtrise de charges en production viande

Productivité en bovin viande Normandie

Le coût de production des éleveurs allaitants en Normandie

L’ensemble des éleveurs suivis dans le cadre du Réseau d’Elevage viande bovine de Normandie se sont réunis en avril dans la Manche et enmai dans l’Eure pour analyser et comparer leur coût de production.

A cette occasion, des axes de travail permettant de consolider leurs résultats technico-économiques ont été définis.

40 exploitations en Normandie sont suivies par les chambres d’agriculture dans le cadre du dispositif national des Réseaux d’Elevage viande bovine.

A ce titre, deux réunions ont permis aux participants de se retrouver pour d’une part faire le point sur la composition des charges constituant le coût de production de l’atelier viande et de se comparer entre éleveurs, en fonction du système de production.

Quelques repères, par système de production

A noter une plus faible productivité du troupeau et de la main d’œuvre pour les systèmes naisseurs et naisseurs-engraisseurs de bœufs comparativement aux systèmes naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins même si la variabilité est plus forte entre élevages dans un même système qu’entre systèmes.

Les charges opérationnelles constituent 25 % des charges totales

Elles (coûts des surfaces, alimentation et frais d’élevage) constituent 25 % des charges totales et sont très variables entre exploitations selon le niveau d’intensification et de maîtrise technique.
Les charges de structure contribuent pour plus de 50 % au coût de production.

La rémunération de la main d’œuvre calculée sur la base de 1,5 MIC/UMO (25 000€/UMO), la rémunération des capitaux propres investis dans l’entreprise et le fermage calculé sur les terres en propriété constituent les charges supplétives. Celles-ci représentent ¼ des coûts de production. Le niveau des charges de structure et supplétives est d’abord lié à l’historique de l’exploitation, mais aussi à la politique d’investissement de l’éleveur et à la productivité de l’atelier viande.

L’objectif de rémunération de la main d’œuvre à hauteur 1,5 SMIC est rarement atteint : seulement pour ¼ des exploitations de  l’échantillon. En moyenne, elle se situe entre 0,4 et 0,8 SMIC/UMO, selon le système. Chez les naisseurs, elle varie de 0,2 à 1,5 SMIC/U.M.O.

Quels sont les leviers à actionner permettant de réduire son coût de production ?

La réduction des coûts de production est affaire de cohérence entre la maîtrise des charges d’exploitations : « ne pas acheter  les kilos de viande produits» et la productivité des moyens de production en place (cheptel, bâtiment, matériel, main d’œuvre…) : « produire plus à moyen de production constant ».

En fonction de ses résultats, chaque éleveur dispose de marges de manœuvre pour réduire son coût de production. Les principales pistes de réduction ont fait l’objet de simulations dans le cadre du Réseau d’Elevage viande bovine de Normandie

(Ces résultats sont disponibles dans la plaquette : connaître son coût de production et le faire baisser réalisée par l’équipe du Réseau d’Elevage viande bovine de Normandie)

Les autres leviers de réduction du coût de production sont la maîtrise des charges de structure.
En premier lieu il convient de s’intéresser plus particulièrement à la mécanisation qui représente à elle seule, en moyenne, près de 20 % du coût de production. En effet, il faut avant tout calibrer son équipement à la taille de l’exploitation et au système fourrager choisi, privilégier si possible les équipements en commun (CUMA) ou déléguer certains travaux à des entreprises extérieures.

Dans le prolongement des différents travaux déjà réalisé sur le sujet en 2011 et 2012, l’équipe du Réseau d’Elevage viande bovine de Normandie prépare un document traitant de  la production brute de viande vive : principe de calcul, leviers d’amélioration, ... qui sera disponible très prochainement.

Echanges et idées à prendre au cours de la visite d’élevage

Au cours de ces deux journées, les participants ont procédé à la visite de deux élevages qui appartiennent au Réseau :Mr Emile DOREY de Picauville (50) et Mr Luc SYRYN de St Aubin des Hayes (27) ; 2 exploitations herbagères spécialisées vaches allaitantes dont les coûts de production sont particulièrement maîtrisés. Au cours des visites, l’accent a été mis sur l’intérêt du groupement des vêlages.

Cette conduite d’élevage correctement maîtrisée  en groupant les vêlages sur maximum 3 mois permet d’améliorer les performances de reproduction en réduisant le taux de mortalité et l’intervalle vêlage-vêlage contribuant à l’optimisation de l’organisation du travail et l’amélioration des performances technico-économiques de l’atelier viande.

Les principales étapes à suivre pour grouper les vêlages

  • Fixer la date de début des vêlages

  • Déterminer la date de mise à la reproduction (jour « J ») : 9,5 mois avant la date de début des vêlages +/- 5 jours selon la race

  • Commencer à surveiller et à noter les dates de chaleurs au moins 1 mois avant le jour «J»

  • Mettre à la reproduction le jour « J » le lot des génisses et les vaches vêlées depuis plus de 45 jours

  • Continuer à surveiller les animaux et noter les retours

  • Arrêter la période de reproduction 3 à 4 mois après le jour « J »

  • Effectuer un diagnostic de gestation pour limiter le temps e présence des vaches vides

  • Anticiper la réforme des vaches décalées


Ce thème a été abordé par l’équipe du Réseau d’élevage viande bovine de Normandie au travers de la publication d’une plaquette « Vaches allaitantes : grouper les vêlages c’est possible et c’est gagnant ! »

L’ensemble des participants, largement satisfaits de cette journée ont émis le souhait de renouveler ce principe de réunion alliant travaux théoriques en salle et mise en situation réelle dans un élevage.


Patrick CARTOUX, Chambre d’agriculture de l’Orne, Pour le Réseau viande bovine de Normandie

Vers le haut

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Dominique DUPREZ

Assistant(e) du service élevage

Tél : +33 (0)2 32 47 35 85

Formation à venir

J'apprends à manipuler pour intervenir plus facilement.

J'assure moi-même l’insémination de mon troupeau.

Je diminue mon budget sanitaire grâce à l'utilisation des plantes et des huiles essentielles.

Publications

Actualités

Agenda

Le 04 juillet 2017

Vernix

Le 04 juillet 2017

Montabot

Le 02 juin 2017

Vaubadon