Les éléments fixes du paysage

Les flux rss du siteImprimer la page

Les perdrix et les faisans ont besoin de repères, notamment au printemps, pour délimiter leur territoire et installer leur nid. Des coupures dans les grands blocs de cultures avec des bandes intra-parcellaires d’éléments fixes représentent une solution intéressante.

En effet, ces bandes constituent d’excellents sites de protection contre les intempéries et les prédateurs. De plus, elles pourront héberger une quantité importante d’insectes, nourriture estivale essentielle aux poussins.

Si elles sont positionnées en travers d’un axe d’écoulement, en ralentissant la vitesse de l’eau, elles favorisent la sédimentation des particules véhiculées avec les ruissellements et limiteront l’arrachement des particules de terre en aval.

En fonction des objectifs recherchés et des contraintes d’exploitation des parcelles, plusieurs types d’aménagements linéaires peuvent être mis en place.

Voici les plus intéressants.

Les haies

Les haies constituées d’essences locales et variées constituent abri et nourriture pour la faune. 

Elles offrent également une source de butinage favorable aux abeilles, grâce à des floraisons étalées et diversifiées entre le printemps et l’été, voire jusqu’à l’automne. 

Dans les zones de passage d’eau, une densité plus importante de plants, sur deux ou trois rangées rapprochées, peut également jouer un excellent rôle de frein hydraulique.

Si l’on souhaite conserver une haie basse, une taille annuelle pourra être effectuée chaque hiver. E
n revanche, si aucune taille n’est effectuée pendant 10 ou 15 ans, la fonction de brise-vent sera améliorée et le bois pourra être valorisé en bois bûche ou en bois déchiqueté (voir note Infos n° 34 sur votre espace adhérent).

Les bandes enherbées

La mise en place d’une bande tampon en bordure de cours d’eau est rendue obligatoire par la conditionnalité afin de limiter les risques de transfert de polluants.

De même, en parcelles cultivées, certaines zones sensibles peuvent être enherbées de façon à limiter les phénomènes d’érosion.
Des vidéos sur les avantages des bandes enherbées dans la lutte contre l’érosion sont disponibles sur votre espace adhérent.

Il est toujours possible de sursemer des légumineuses pérennes dans un couvert de graminées en place, grâce notamment à l’utilisation d’un semoir à disques adapté aux semis directs.
Pour plus d’informations sur les plantes autorisées en bandes tampon, consultez l’arrêté du 24 avril 2015 relatif aux règles des BCAE (Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales).
Les bandes enherbées constituant des sites de nidification, mais aussi d’élevage et de protection des jeunes, il est préférable de ne les broyer qu’à l’automne.

Toutefois, en cas de salissement important, une fauche plus précoce pourra s’envisager, en évitant d’intervenir avant la mi-juillet.
Pour limiter le salissement, les espèces implantées devront être suffisamment étouffantes, comme la fétuque ou le dactyle.
Leur association avec des légumineuses telles que le trèfle blanc augmentera l’intérêt mellifère de ces aménagements qui peuvent également héberger bon nombre d’auxiliaires des cultures (carabes, syrphes).

L’association de graminées pérennes et de plantes mellifères comme le trèfle augmente d’autant plus l’intérêt écologique de ces bandes.

Les jachères

L’implantation bandes de jachères en bordure ou à l'intérieur de parcelles cultivées afin de favoriser la faune auxiliaire sur la parcelle ainsi que les pollinisateurs si le couvert est constitué de plantes mellifères.

Lors du semis, il est important de veiller au choix des semences de façon à ce que celles-ci soient compatibles avec les dates de semis et de destruction envisagées. Il est préférable de laisser la jachère en place jusqu'en fin d'année si la culture suivante est une culture de printemps.

La destruction mécanique est à privilégier, en prenant soin de protéger les insectes butineurs, c’est-à-dire avec le moins de fleurs possible sur la parcelle et en absence de butinage important (tôt le matin, tard le soir ou par journée fraîche).

Les Bandes Ligno Cellulosiques

Bandes Ligno-Cellulosiques de SaulesLes Bandes Ligno-Cellulosiques (BLC) constituées de miscanthus ou de Taillis à Très Courte Rotation (TTCR, à base de saules par exemple), en plus de leur fonction anti-érosion, peuvent constituer une véritable protection pour le gibier.

Ces bandes peuvent constituer des réservoirs d’insectes auxiliaires ainsi qu’une source de butinage pour les abeilles dès le début du printemps.
L’avantage de ce type de bande est qu’il permet également à l’agriculteur d’en tirer un revenu grâce à la valorisation de bois énergie sous forme de plaquettes destinées aux chaufferies.

+ d'infos sur les Bandes Ligno-Cellulosiques

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Agenda

Du 30 août au 31 août 2017