Vous êtes ici : Accueil > Environnement > Agroforesterie > Les intéractions

Les interactions

Les flux rss du siteImprimer la page

Les associations de plantes dans l'agroforesterie

Agroforesterie-Interactions
© Chambre d'agriculture de l'Eure

L’agroforesterie est un cas particulier d’association de plantes. Et, comme toute association, elle vise à optimiser les bénéfices pour les plantes. Cette association entraîne à la fois des phénomènes de compétition (la rivalité pour accéder à une ressource) et des phénomènes de facilitation (l’amélioration de l’utilisation d’une ressource).
Par exemple, la chute des feuilles améliore les teneurs en matières organiques des sols, d’où une meilleure rétention de l’eau qui profite aux cultures.

Si les phénomènes de compétition sont quasi systématiques, il n’en est pas de même pour les phénomènes de facilitation.

C’est la modification de l’environnement d’une plante par l’autre qui est à l’origine des processus de facilitation. Et c’est ce qui se passe en agroforesterie. La présence de l’arbre modifie l’environnement habituel de la culture et vice-versa.

L’arbre agit sur les cultures, entre autres :
  • en induisant un micro-climat favorable à une réduction du stress hydrique et à une meilleure efficience de la ressource en eau pour les cultures (réduction ETP ; …)

  • en augmentant fortement le taux de matières organiques dans les sols, via ses frondaisons, ses racines et l’activation de la microflore du sol.

 

Les cultures agissent sur les arbres, entre autres :
  • en les forçant à un enracinement profond, d’où une meilleure résistance aux vents, à la sécheresse….
  • la fertilisation des cultures profite en partie aux arbres,
  • en induisant un suivi permanent des arbres du fait de la présence fréquente de l’exploitant dans la parcelle.
  • en induisant un large espacement des lignes d’arbres, profitable à la croissance des arbres…

Généralement, la configuration particulière des parcelles agroforestières profite tant aux cultures qu’aux arbres. Les arbres poussent plus vite que leurs cousins forestiers. Les cultures bénéficient d’une amélioration des sols et de conditions microclimatiques protectrices.

Lors de l’association arbres / cultures, il est indispensable que les phénomènes de facilitation deviennent prépondérant par rapport aux phénomènes de compétition. L’étude de faisabilité est à ce titre essentielle, avec un objectif : piloter ces interactions afin d’en tirer le meilleur parti possible.

Néanmoins, ces observations sont très adaptées aux rotations à base de cultures d’automne. Quand les cultures de printemps sont nombreuses dans l’assolement, les phénomènes de compétitions peuvent l’emporter sur la facilitation. Là encore, l’étude de faisabilité permet de confronter l’adéquation entre l’agroforesterie et l’assolement de l’exploitation.

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Yann PIVAIN

Ingénieur et conseiller Agroforesterie, Haies et Biodiversité

Tél : +33 (0)2 32 35 95 32

Agenda

Aucune actualité disponible.