Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités

Actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

L’export de produits agricoles normands

Économiques et géostratégiques, les enjeux liés à l’export de produits agricoles normands sont forts. Dotée de trois ports dont le premier port céréalier de France, la Normandie est très dynamique en termes d’exportation de produits agricoles.

La Normandie occupe la troisième place nationale pour l’exportation de produits issus de l’agriculture et le quatrième rang sur le marché des produits alimentaires. Les négociations commerciales qu’entretiennent actuellement la France et l’Union Européenne avec leurs partenaires commerciaux sont l’occasion de revenir sur l’export des produits agricoles normands.

L’export de céréales : un point fort normand

Ce sont près de 9 millions de tonnes de céréales qui sont exportées chaque année depuis le port de Rouen. Suite à une récolte 2016 catastrophique, la récolte 2017 devrait permettre de reconquérir des parts de marché à l’international.

Si le marché du blé est mondial, ce sont bien les habitudes de consommation à travers le monde qui déterminent les destinations de la production normande. En effet, les pains levés (ou « pains français ») sont consommés en Europe du Sud, en Algérie, au Maroc et dans l’Afrique de l’Ouest. Les pains plats (ou « pains arabes ») sont consommés au Moyen-Orient et les pains de mie en moule (dits « pains anglo-saxons ») sont consommés au Nigéria et en Afrique australe. Les blés normands sont dotés de caractéristiques (poids spécifique, taux de protéine…) adaptées aux exigences de l’Algérie et du Maroc. Ils peuvent également correspondre aux attentes des marchés tunisiens, égyptiens et libanais.

Par conséquent, les blés au départ de Rouen ont pour principales destinations le Maghreb : c’est la destination de 80 % des volumes de blés exportés (5.16 millions de tonnes en 2016). Les autres destinations, à savoir le Proche Orient (0.31 millions de tonnes), l’Asie (0.26 millions de tonnes) et l’Union Européenne (0.12 millions de tonnes) sont moins significatives (Source : Haropa – Grand Port Maritime de Rouen, 2016).

En ce qui concerne le marché des orges fourragères, l’Asie est la principale destination des exportations normandes. La croissance démographique et les changements des habitudes alimentaires nécessitent de nourrir davantage d’animaux. L’Asie absorbe ainsi 910.000 tonnes d’orges fourragères en provenance de Rouen, le Maghreb en importe quant à lui 650.000 tonnes et le Moyen-Orient 390.000 tonnes (Source : Haropa – Grand Port Maritime de Rouen, 2016).

Les orges de brasserie au départ de Rouen ont pour principales destinations l’Asie (310.000 tonnes), l’Amérique du Sud (40.000 tonnes) l’Union Européenne (30.000 tonnes) et l’Amérique centrale (10.000 tonnes) (Source : Haropa – Grand Port Maritime de Rouen 2016).

L’importance du port de Rouen

Aux côtés de Rotterdam et Anvers, le port de Rouen figure parmi les ports les plus importants d’Europe. C’est ainsi le premier port céréalier français, loin devant La Pallice et Dunkerque. Les chargements de céréales à Rouen représentent près de 60 % des exportations françaises hors Union Européenne.
Les régions proches de Rouen constituent ses principales sources d’approvisionnement. Les céréales qui sont acheminées sur le port proviennent principalement de l’ex-Haute Normandie (25 %), de la région Centre (23 %), Ile de France (18 %), de l’ex-Picardie (16 %) et de l’ex-Basse Normandie (10 %) (Source : Haropa : grand Port Maritime de Rouen, 2016). La capacité de chargement du Port de Rouen permet à la Normandie de faire parvenir la marchandise en Afrique du Nord en seulement 24 heures.

Quels enjeux ?

L’export constitue un débouché important pour les productions normandes, notamment en céréales. La moitié de la production nationale de céréales française est exportée. En Normandie, cela représente environ 65 % de la production régionale de céréales. Les enjeux de ces exportations sont forts.

Premièrement, l’export de produits agricoles contribue au dynamisme économique régional.
En 2015, les produits des industries agroalimentaires et les produits agricoles représentent presque 20 % des exportations normandes en valeur derrière les produits chimiques et devant les produits pharmaceutiques. L’export depuis la Normandie de produits issus de l’agriculture représente chaque année plus de 2.2 milliards d’euros (Source : Douanes). Les atouts agricoles et géographiques de la Normandie permettent d’attirer de grands groupes industriels constituant ainsi des emplois en aval de la filière agricole.

Deuxièmement, l’export de céréales revêt des enjeux géostratégiques nationaux.
A titre d’illustration, rappelons que deux tiers des exports de céréales ont pour destination l’Afrique du Nord, et ce, pour des raisons culturelles, historiques  et économiques. Les pays d’Afrique du Nord ne sont pas autosuffisants en céréales, les besoins pour nourrir les populations locales sont importants (croissance démographique, alimentation animale croissante, habitudes alimentaires…). Assurer la sécurité alimentaire des pays d’Afrique du Nord revêt alors des enjeux politiques et stratégiques très forts.

Pour aller plus loin

Quels sont les produits normands qui s’exportent ? Quels sont les tendances, les perspectives, les freins, les opportunités ? Sommes-nous compétitifs ? Que faudrait-il changer pour améliorer nos performances à l'export ?

Éléments de réponse lors de la 6e édition des rencontres annuelles Économie & Marchés agricoles, organisée sur le port de Rouen par le Pôle Économie et Prospective des Chambres d'agriculture de Normandie.

  • Présentation du Bilan d’automne de l’agriculture normande par les membres du Pôle Economie & Prospective. Première synthèse des évolutions des produits et des charges de la ferme normande avec une évaluation de l’impact sur le revenu 2017.
  • Table ronde en présence d’intervenants régionaux impliqués dans l’export de produits normands. Ils seront interrogés sur leur vision de la performance à l’export.

Cette rencontre est labellisée Etats Généraux de l’Alimentation. Les conclusions du débat seront synthétisées et transmises aux services de l’Etat.

Inscription gratuite