Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités

Actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Préservez vos prairies cet été pour profiter du regain d'automne

Observatoire de la Croissance de l'Herbe en Normandie

Semaine 27 - L’heure du bilan de pousse d’herbe est arrivée. La première partie de l’année 2017 a été riche en rebondissements. Un début avril exceptionnel en pousse, suivi d’un mois de ralentissement plus ou moins ressenti selon les zones. La croissance a réellement repris à partir de la mi-mai pour ralentir depuis une quinzaine de jours.

Ces à-coups montrent l’intérêt des mesures dans les élevages pour avoir connaissance de la réalité de la situation et anticiper la gestion de l’herbe des quinze jours-trois semaines suivants.

 

Cette semaine, les mesures d’herbe montrent une légère reprise de la pousse en Normandie. Cependant, les stocks d’herbe continuent de diminuer pour atteindre en moyenne 130kg MS/VL soit moins de 8 jours d’avance en pâturage seul ou 15 jours d’avance avec 9kg MS d’herbe pâturée/VL/jr.

Juillet-août : deux mois pour préparer le pâturage d’automne

Le pâturage d’automne peut représenter le quart du pâturage de l’année. Pour en profiter pleinement, préparez les prairies au regain de pousse souvent observé en septembre. Pour cela, un point de vigilance à contrôler pendant les deux mois : les hauteurs de sortie. Si l’été est peu poussant, la consommation des stocks d’herbe sur pied (déjà réduits) sera rapide. Les animaux risquent de pâturer toujours plus ras. Un excès de surpâturage estival retardera le redémarrage de la pousse de plusieurs semaines. Dans les cas extrêmes, bloquer les animaux sur une ou deux parcelles permettra de ne « condamner » qu’une surface limitée du parcellaire. Le reste du parcellaire sera en conditions favorables systèmes racinaire et foliaire) pour une repousse. La limite de cette pratique reste la difficulté à contrôler les problèmes sanitaires type mammites.

 

Des rendements cumulés du simple au double

 

Les rendements cumulés mesurés montrent une forte hétérogénéité sur les sites normands. En moyenne, le rendement cumulé a été de 5.5 T MS/ha en 100 jours avec un minimum de 3.6 T MS/ha et un maximum de 7.5 TMS/ha observés.
Des différences de potentiels pédologiques différents, de conditions climatiques ressenties (températures, pluviométrie), de pratiques de fertilisation, de profils de prairies (type de flore, ancienneté, …) ou encore des différences de pratiques de pâturage peuvent expliquer ces niveaux de rendements cumulés qui vont du simple au double.

 

Clément Debargue, responsable du troupeau laitier au Lycée agricole du Robillard fait le bilan du 1er semestre.

 

Cette campagne de pâturage s’est jusqu’à présent très bien déroulée. La mise à l’herbe fut précoce, mi-mars. Nous avons pu déprimer les parcelles destinées à être fauchée en foin et améliorer ainsi la qualité des récoltes. Ensuite la pousse de l’herbe n’a pas été trop rapide. Nous avons pu maîtriser la qualité de l’herbe pâturée. La surface offerte au pâturage a été rapidement réduite à 25 ares par vache et augmentée jusqu’à 50 ares par vache, grâce aux repousses des récoltes précoces des excédents en enrubannage puis en foin. Cela fait maintenant 90 jours que nous ne distribuons plus de fourrages à l’auge (hors 1 kg de foin en libre-service). La production de nos vaches normandes s’est bien maintenue au pâturage 19,5 l/VL avec de bons taux (39,0 – 35,0) avec tout de même une baisse de ces taux pendant les fortes chaleurs.

 

Emilie Turmeau - Orne Conseil Elevage